Découvrir la validation  avec Naomi feil

 

 

Une lectrice du blog nous a fait part de l’organisation d’un journée d’étude le 5 mars 2015 avec Naomi Feil, à Vannes, sur le thèmeLa méthode de Validation®, prendre soin et accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie” (liens pour l’inscription et renseignements en bas de page). C’ est l’occasion pour votre blog de proposer quelques réflexions sur ce sujet:

Les troubles du comportement observables chez les personnes très âgées   ne peuvent être expliqués que par la seule altération cérébrale: on sous estime ainsi trop souvent le rôle de l’angoisse qui mobilise  l’ensemble des mécanismes d’attention et peut perturber de ce fait, l’accession aux structures de la pensée qui doivent permettre l’adaptation aux situations nouvelles.

Si le cerveau est indispensable à l’expression des émotions,  celui-ci n’en reste que le support de la personne. Le cerveau est l’outil qui permet à la personne d’organiser sa pensée et ses émotions au travers du langage, d’une vie sociale ou d’activités organisées. Chez la personne atteinte de pathologie de type Alzheimer,  l’altération du langage, de la vie sociale et de sa cohérence ne signifie  pas une absence de pensée mais une difficulté à l’organiser.

Les troubles du comportement peuvent être aussi considérés   comme l’expression d’un trop d’angoisse mal géré plutôt que comme le fruit d’une absence.

Les troubles présentées par la personne peuvent être aussi perçues comme l’expression d’une difficulté à assumer psychologiquement des situations que nous-mêmes affronterions avec difficulté: les craintes liées aux différents deuils et à la perte du domicile, le sentiment d’insécurité face aux défaillances du corps, de la mémoire ou des facultés d’attention, la blessure affective de la perte du conjoint voire de certains enfants eux-mêmes âgés, l’abandon de la famille, les souffrances physiques et morales, les diverses humiliations ressenties (en raison des troubles sphinctériens, de la dépendance qui obligent la présence d’une tierce personne pour manger, faire sa toilette, etc.), la solitude, qui sont autant de facteurs susceptibles de provoquer des troubles de la pensée et du comportement qui vont favoriser les confusions mentales.

La personne que nous qualifions à tord de démente, par l’expression brute de ses désirs, de ses fantasmes, de ses peurs les plus profondes ou de ses haines cachées nous renvoie sans doute à ce que nous cachons au plus profond de nous même et pourrait bien un jour, chez nous aussi, prendre le même chemin. D’où, parfois, peut-être notre difficulté à entendre la cohérence de sa parole

miroir

 

Face aux sentiments de culpabilité, face aux sentiments d’échec que peut induire la relation à la personne désorientée, il serait tentant  d’ accuser la personne ou la maladie d’être responsable de nos incapacités : « c’est par ce qu’elle à perdu la tête ». La personne risque alors de ne devenir plus qu’une pathologie, et nous risquons, si nous n’y prenons pas garde, d’oublier son histoire et son identité.

Nous risquons insidieusement d’effacer dans notre regard tout ce qui pourrait rendre l’autre trop semblable à nous, d’où peut être ces réactions quasi agressives de certains spécialistes face à l’idée que la personne atteinte de maladie d’Alzheimer puisse avoir encore une vie psychique et pouvoir souffrir: « mais enfin, elle est démente…soyons sérieux !!! » .

96393181

Et si nous envisagions  la déambulation, l’agitation, les manifestations d’angoisses ou d’agressivité,les comportements violents, les comportements sexuels inadaptés, les comportements de fuite qualifiés abusivement de fugue, les comportements sociaux inadaptés, les discours délirants, les actes et gestes répétitifs ,  les désinvestissements autrement? Et si les troubles du comportement et les replis sur soi pouvaient être regardés non pas seulement comme la conséquence ou l’expression d’une dégradation irrémédiable du cerveau et de la défaillances de la mémoire ou des mécanismes cognitifs qui en résulte, mais comme un débordement de comportement?

 

Comme le lait qui a trop chauffé dans une vieille casserole face aux difficultés quotidiennes qu’induisent la vieillesse, la fatigue morale ou intellectuelle, l’isolement, les pertes inéluctables et les dégradations à venir, les difficultés d’adaptation, la perspective de la mort etc.

 

Le vieillissement cérébral et les plaques séniles aggravant certes la difficulté d’expression et de compréhension de la personne , mais les troubles du comportement n’en étant que la conséquence secondaire : non pas absurdes et privés de sens, en raison de la perte des structures intellectuelles, mais l’expression par l’absurde de choses concrètes et bien réelles, la souffrance morale, le désir, le combat pour être entendu, le besoin de reconnaissance, d’exister, de réparer les erreurs du passé.

113864982

Et si  nous prenions le temps de regarder les troubles du comportement comme l’expression inadaptée d’un débordement de solitude, d’un débordement de détresse, un débordement d’angoisse, un baroud d’honneur face à un drame que la personne plus que son cerveau n’arrive plus à gérer. Il est bien sur hors de question de nier la dégradation cérébrale et ses effets sur le comportement,  ou d’opposer une « vision organiciste » à une « vision psychologique » mais plutôt de regarder la problématique sous un autre angle, un angle complémentaire à celui que peut offrir les sciences neurologiques. Ainsi, si la personne n’était pas âgée, si son cerveau n’était pas fragilisé, elle aurait sûrement d’autres ressources pour exprimer ses souffrances morales de manière plus adaptées à notre conception très relative de la normalité.

 

Les études en psychologie sociale montrent que nos préjugés et notre manière d’appréhender la personne peut influencer son comportement : la personne se comportera aussi  en fonction de ce que nous attendons d’elle et non en fonction de ses capacités réelles. La nécessité de regarder différemment la personne désorientée s’impose donc: si on regarde la personne qui présente des troubles de l’intelligence uniquement en fonction de ses déficits apparents, nous risquons de nous priver des outils qui permettrait à la personne  de communiquer avec les capacités qui lui sont encore disponibles.

 

Derrière le trouble du comportement, il y a souvent une souffrance qui n’arrive pas à être exprimée de manière ajustée, il y à une parole qui à besoin d’être entendue.

Méfions nous des apparences: bien souvent, lorsque la personne est totalement repliée sur elle même, dans un stade avancée où elle parait absente,  son  hypersensibilité est là. On peut entrer en relation avec, la soulager par notre écoute et notre bienveillance.

Il apparaît indispensable   de prendre en compte cette souffrance parfois peu visible quand on met en place un projet d’accompagnement.

Il est plus que judicieux de considérer les paroles et les comportements de la personne comme ayant une forme de cohérence, même si elle nous échappe.

En ce sens, l’approche développée par Naomi Feil est d’une richesse insoupçonnée. plus qu’une  une méthode, elle est une invitation à entrer en relation par le changement de regard.

J’ai eu la chance de découvrir la validation en 1995 à la fin de mes études: le regard proposé par la validation m’a permis d’entrer en relation avec les personnes qu’à l’époque on appelait « Démentes ».

Elle m’a donné la possibilité de développer des outils qui m’ont permis d’entrer en relation, d’entendre, d’écouter, de soulager, de m’émerveiller,  face à ces personnes dont la médecine de l’époque, me disait que leurs comportements et propos était absurde, car l’unique fruit de la dégradation cérébrale.

J’ai eu la chance il y a quelques années de rencontrer NaomiFeil, de la voir aussi dans un de ses journées de formation,

 

Vous pouvez vous inscrire dès à présent via notre formulaire en ligne ou en téléchargeant le bulletin d’inscription en PDF (à imprimer, compléter et à nous renvoyer au 52, rue des Capucins 51100 Reims).

Lieu de la formation :

La journée d’étude aura lieu à l’Espace 2000 – Salle Célestin Blévin – 56380 Grand-Champ

 

 

Plus d’informations :

http://vfvalidation.fr/journees-detude/journee-detude-de-grand-champs-vannes-5-mars-2015/

inscriptions : http://vfvalidation.fr/journees-detude/journee-detude-de-grand-champs-vannes-5-mars-2015/inscription-la-journee-detude-de-vannes-du-5-mars-2015/

Publicités

Une réflexion sur “Découvrir la validation  avec Naomi feil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s