Manager c’est aussi veiller au climat de confiance au sein de l’équipe

 Afficher l'image d'origine

L’excellent blog « faits et arguments » propose une réflexion sur ce qui crée ou tue le climat de confiance au sein d’une équipe.

Nous reproduisons ci-dessous des extraits de l’article disponible en cliquant ici :

Chacun sait que le climat de confiance est déterminant dans la vie d’une équipe.

Mais sait-on concrètement ce qui le développe et ce qui le tue ?

Dans sa version la plus pragmatique, la méthode peut se résumer à trois choses à faire et trois pièges à éviter. Commençons par les bonnes pratiques.

1. Partager l’information avec transparence. Faciliter l’accès de tous aux données importantes pour leur activité. Pas de code d’accès, pas de privilégiés, pas de tabous.

La confiance se crée par la libre circulation de la ressource la plus essentielle au fonctionnement collectif.

2. Avoir à coeur d’être prévisible pour autrui.

Rien de plus fatiguant que de travailler avec un collègue qui garde pour lui-même ses opinions, ses intentions, ses attentes et ses mobiles d’action.

Une personne de confiance, au contraire, est ouverte, fiable, cohérente. Elle dit ce qu’elle pense, fait ce qu’elle dit, explique ses réactions, commente ses décisions.

Est-on compréhensible et limpide pour ses collaborateurs ou au contraire compliqué, stressant, imprévisible ?

3. Parler avec franchise : dialoguer ouvertement, sans langue de bois, en abordant les vrais sujets. Sans oublier que la franchise se décline avec le courage de ne pas être brutal, afin de respecter ses interlocuteurs.

Afficher l'image d'origine

Du côté des pièges qui détruisent la confiance, les tentations sont nombreuses :

1. Ne pas honorer ses engagements : promesses non-tenues, retards fréquents aux réunions ou aux entretiens, non-respect des délais, négligence dans le suivi des missions confiées à d’autres, oubli de transmettre des informations, etc. Rien de tel pour casser un climat d’équipe.

2. Pratiquer le favoritisme : sait-on résister au plaisir de se confier plus volontiers à ceux que l’on apprécie et à la tentation de les privilégier dans nos actions ? La confiance se construit pourtant sur une base d’équité.

3. Critiquer quelqu’un derrière son dos en confiant son ressentiment à un tiers : cette « triangulation » est le poison de la vie d’équipe. La solution bien sûr est d’aller exprimer son différent en direct à la personne concernée. Mais on n’en a pas toujours ni la simplicité ni le courage.

La sincérité des sentiments est bel et bien un art difficile, à pratiquer quotidiennement.

Enfin n’oublions pas que la confiance se nourrit également de rires, d’échanges informels, de « discussions de café », de fun.

Est-ce que l’on rit beaucoup autour de vous ?

Est-ce que l’on se raconte des histoires avec bonne humeur ou bien le stress et la morosité ont-ils pris la place du plaisir ?

Afficher l'image d'origine

dessin: http://www.ucciani-dessins.com/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s